Internet, privauté & traces

Les supports de mon intervention au collège Les Capucins de Melun


Dans le cadre la Réserve Citoyenne de l’Éducation Nationale, il m’a été demandé d’intervenir auprès d’une classe de 3e du collège Les Capucins à Melun situé en zone prioritaire.

Une classe d’une vingtaine d’élèves qui ont été dans l’échange et l’écoute. Un bon souvenir et une expérience à renouveler.

Sur le fond, j’ai tenté de décrire les tensions qui existent entre vie privée et pression de l’environnement qu’il soit rencontré sur Internet ou ailleurs — mais plus précisément sur le web et les réseaux sociaux.

En rentrant dans des détails parfois un peu pointus, j’ai tenté de leur faire comprendre pourquoi, pour des raisons techniques et de bonne optimisation légitime, une image retirée d’un réseau social ne sera jamais vraiment retiré du web et subsistera probablement longtemps après qu’ils l’ont retiré. Et que d’autres contenus seront retirés par le réseau social alors qu’ils pensaient pouvoir s’appuyer dessus pour conserver certains souvenirs.

Commencer par comprendre les limites de la confiance à partager avec ces acteurs, et la vanité à penser qu’ils pourront se protéger de traces impossibles à éliminer : c’est le début de la maîtrise de son image et du rapport aux autres sur Internet.


Vous trouverez ci-après quatre des cinq écrans présentés. Le dernier a été passé rapidement devant les élèves et éliminés ici : il était trop mal conçu et un rien soporifique… J’ai donc décidé de vous l’épargner 🙁

La tension entre soi et les autres

Entre besoin de publier & besoin de se protéger

Bitcoin : entre confiance nouvelle & transparence excessive

En guise de conclusion